Retour sur… la Russie

Un peu d’histoire

La Russie a débuté à l’Eurovision en 1994, et a manqué depuis 4 éditions du concours: en 1996 le pays n’ayant pas passé la pré-séléction radio, en 1998 à cause de la relégation, en 1999 on ne sais pas trop pourquoi (mais en suppose parce que la victoire de Dana International est mal passée…), et en 2017 (on y revient plus tard). Le pays a donc participé 20 fois et s’est montré particulièrement performant et avide de victoire. Le moins bon score russe est une 17° place, celle de Philipp Kirkorov en 1995, mais le pays a aussi connu 12 tops 10, dont 8 podiums: les pays a fini 3° à trois reprises: en 2003, 2007 et 2016, second à 4 reprises: en 2000, 2006, 2012 et 2015. Le pays a connu une fois la gloire ultime, la première place: en 2008, avec Dima Bilan et une des chansons victorieuses les moins inspirées…

Depuis 2008

Avant sa première (et seule à ce jour) victoire en 2008, le pays avait déjà connu pas mal de succès et ne s’est pas relâché après. Certes de 2009 à 2011 le pays n’est pas rentré sur le top 10 une seule fois mais depuis 2012 toutes les participations russes se sont soldée par au moins des top 10. Le moins bon score russe ces 6 dernières années étant la 7° place des Jumelles Tolmachevy en 2014. A part ça, le pays a terminé 2° en 2012, 5° en 2013, 2° à nouveau en 2015 et 3°, en gagnant le télé-vote en 2016. Le pays ne s’est jamais fait éliminé en demie-finale et en a d’ailleurs gagné 3: en 2012, 2015 et 2016.

Cette année, le pays s’est fait exclure et l’a très mal pris, et va sûrement riposter en envoyant encore du lourd à Lisbonne pour enfin rentabiliser un peu les installations de Sotchi!

La flamme ne brûle plus

En 2017, l’Eurovision se tient en Ukraine, à Kiev et on pensait alors que la Russie allait se retirer. Finalement, le pays confirme sa présence au 62° concours Eurovision et sélectionne Julia Samoïlova avec la chanson « Flame Is Burning ».

Mais tout de suite, les autorités ukrainiennes tiquent: en effet, la chanteuse s’était rendue en 2014 en Crimée, via la Russie, sans passer par l’Ukraine, ce qui est contre les lois ukrainienne et passible d’une interdiction d’accès au territoire ukrainien pour trois ans. Du coup, la représentant russe se retrouve interdite d’accès à Kiev et l’Eurovision. L’UER panique, elle ne veut pas perdre l’audimat russe mais ni la Russie ni l’Ukraine ne veut faire d’efforts. L’Ukraine ne veut pas de Julia et la Russie ne veut pas changer de représentante. Du coup l’UER cherche toute les solutions possibles et imaginables, même une prestation via satellite!

Finalement, la situation reste bloquée, et la Russie fini par se retirer, c’est la première fois qu’un artiste est exclu du pays hôte et l’UER a ajouté, cet été un nouveau paragraphe au règlement, stipulant que les pays participants doivent s’assurer qu’aucun membre de leur délégation n’enfreint les lois du pays hôte.

Après cela, la Russie avait promis que Julia participerait à l’Eurovision en 2018 quoi qu’il arrive mais cela ne semble plus d’actualité malheureusement pour la chanteuse qui à vu son rêve se réalisé, puis se briser. Certains disent que la délégation russe était tout à fait au courant de la situation de Julia. Si c’est le cas, le pays s’est servi du handicap de la chanteuse pour attendrir l’opinion public et ça se serait purement et simplement dégueulasse!

Laissez votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s